EN QUELQUES MOTS : QU’EST CE QU’UN PARQUET CONTRECOLLÉ ?

  • par
parquet contrecollé bois
Ce revêtement de sol se trouve sous forme de lames de parquet dont le seul parement massif est en bois noble (chêne ou exotique la plupart du temps). Il est assemblé par collage sur différentes couches de bois. Le parquet contrecollé allie le charme du bois massif à une grande stabilité mécanique. Cela en fait l’un des parquets les plus prisés sur le marché. La multitude de coloris et de style offre un large choix et permet d’aménager tout type d’intérieur.

 

Une structure en 3 plis :

Comme son nom l’indique, 3 épaisseurs de bois le constituent. Celles-ci sont collées les unes avec les autres : découpe lame de parquet contrecollé La première couche est la couche de “bois noble”. C’est parfois du chêne, on nomme également cette couche visible, la couche d’usure. Celle-ci mesure entre 2,5 et 6 mm d’épaisseur selon les modèles. Vient ensuite la couche appelée l’âme centrale. Elle se compose de bois de placage issus de la famille des résineux ou de bois agglomérés ou contreplaqués. Cette structure assure la stabilité de l’ensemble du revêtement. Et pour finir, on retrouve la couche de contre-balancement ou contre-parement. Elle  stabilise l’ensemble. Elle est composée en majeur partie de bois résineux.

 

 

 

Parquet contrecollé VS parquet massif

parquet contrecollé surface 3 plis Une fois posé, le parquet contrecollé ressemble en tout point au parquet massif. Esthétiquement il est facile de confondre les deux modèles. Cependant le parquet contrecollé du fait de sa grande stabilité dimensionnelle permet l’emploi de lames larges et de grandes longueurs tout en gardant une épaisseur constante. Ce qui n’est pas possible sur du bois massif. Il doit impérativement garder un ratio épaisseur / largeur proportionnel pour conserver une certaine stabilité mécanique.
Ce qui les différencie donc, c’est avant tout la structure des lames. Une seule essence de bois usinée dans la masse constitue le parquet massif. Le contrecollé est un assemblage entre plusieurs couches. Plus vous optez pour un parquet contrecollé à la couche d’usure importante, plus sa durée de vie se rapprochera des parquets massifs. Aujourd’hui, les parquets contrecollés sont tous aussi qualitatifs. Pour beaucoup de modèles, les couches d’usure oscillent entre 4 et 6 mm d’épaisseur pour les passages intensifs.
Pour résumer, l’avantage du parquet contrecollé par rapport au parquet massif, c’est sa structure en plusieurs couches. Elle lui assure une grande stabilité dimensionnelle. En effet le bois travaille moins et il a moins tendance à bouger qu’un parquet massif. Il existe aujourd’hui de nombreuses marques proposant un très grand choix de gammes et de couleurs, à des qualités et des prix différents. Cependant pour les puristes, rien ne remplace un parquet massif. La tendance actuelle semble confirmer le retour aux planchers « à l’ancienne », aux poses à bâton rompu et aux points de Hongrie.

 

Et la pose ?

lames de parquet contrecollé à coller ou à clipper On fait souvent l’amalgame entre les parquets contrecollés et les parquets flottants. Le terme “flottant” fait référence à la pose et non à la structure. Effectivement les parquets contrecollés peuvent être posés en flottant ou collés.
Pour la pose flottante, les lames sont assemblées ensemble mais sont désolidarisées du support. C’est grâce au système de rainure languette ou parfois système « clics » que les lames se clipsent entre elles.
Pour la pose collée, les lames de parquet sont collées au sol. Un peu de la même façon qu’un carrelage avec une colle spatulable spéciale. L’avantage est que le parquet collé procure un meilleur confort sonore dans la pièce où il sera posé. Cette pose amortit le bruit des pas sur le sol. Attention : si vous disposez d’un chauffage par le sol, il faut vérifier la compatibilité de votre parquet.
Pose sur sol chauffant : en général les parquets massifs, contrecollés ou stratifiés dont l’épaisseur n’excède pas 15 mm, sont autorisés. Pour les parquets massifs, plus le bois est dense, mieux il conduit la chaleur. Il est en principe conseillé une pose collée pour les sols chauffants. Offrant moins de déperditions qu’une pose flottante, même si aujourd’hui il existe des sous couches compatibles qui offrent de bons résultats en terme de conduction.

 

Et après la pose, l’entretien…

Pour les parquets huilés et vernis, l’entretien est très simple. Il consiste à dépoussiérer régulièrement le sol et passer la serpillière (bien essorée) avec un nettoyant spécial comme le Soap Clean. Celui-ci n’abîmera pas le support. Vous souhaitez faire disparaître une tache sur votre parquet ? Pour les parquets huilés, si celle-ci ne part pas à l’aide d’une éponge bien essorée ou d’un linge humide ; il faudra poncer le parquet afin que la tache disparaisse et ensuite refaire une finition sur la zone qui a été poncée. La bête noire pour les parquets huilés reste la tache de gras. Elle a tendance à imprégner facilement et profondément le support. Certains produits détachants permettent d’atténuer grandement le côté visible sur les parquets les plus clairs. Mais nous n’avons pour l’instant pas de traitement miracle infaillible pour ce type de tache. Le mieux est de protéger les parties potentiellement les plus exposées en leur apportant une finition supplémentaire, aussitôt après la pose du parquet. Certaines huiles cires vont permettre de vraiment imperméabiliser le support et le rendre moins sensible à ce type de désagréments.
Pour les parquets vernis, les rayures et les poinçonnements laissent le plus de traces, sur les revêtements les plus foncés cette fois-ci. En revanche, l’entretien courant et le nettoyage sont beaucoup plus simples que pour le parquet huilé. Toutes les traces s’en vont avec très peu d’effort du fait du verni qui agit comme un film couvrant la surface du bois. Les vernis usine d’aujourd’hui ont de très beaux rendus mat qui ne brillent pas. Ils offrent un confort d’entretien très apprécié des utilisateurs, tout en conservant un bel aspect bois naturel.
Et sur le long terme ? Pour le parquet huilé, un huilage régulier une à deux fois par an est conseillé. Pour le parquet verni, celui-ci peut se détériorer avec le temps. Il est possible de poser un raviveur qui va redonner de la brillance à votre revêtement de sol ou même procéder à une rénovation sur les endroits de passage les plus marqués.

 

Quel parquet choisir pour quelle pièce ?

Les parquets huilés vont bien convenir dans les chambres et pièces à vivre. Ils peuvent s’avérer un peu plus compliqués d’entretien dans les pièces type cuisine ou salle de bains. Quant aux parquets vernis, ils seront plus sensibles aux rayures. Aux endroits de très fort passage ou sous les pieds de meubles, mais ils offriront un entretien plus facile d’un point de vue résistance aux taches. Le paramètre important à prendre en considération est le choix de la teinte selon le modèle. Un parquet verni très foncé aura forcément un rendu visuellement plus marqué au niveau des rayures qu’un parquet clair sur lequel elles se verront moins. A l’inverse, un parquet huilé naturel ou foncé permettra que les taches se voient beaucoup moins que sur un huilé clair. Plus le parquet est naturel et comporte de veinage ou des nœuds, moins ces petits défauts d’aspects seront visibles.

Posez nous vos questions sur contact@tekabois.com, et retrouvez nous sur , et .

 

Découvrez toutes nos gammes de parquet et les produits d’entretien : 

lames de parquet contrecolléaccessoires de pose parquetparquet massif tekaboisparquet stratifié et vinyle
Parquets contrecollés
Accessoires de pose
Parquets massifs
Parquets vinyles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.